GOOGLE MEET EST DÉSORMAIS GRATUIT ET ACCESSIBLE AU GRAND PUBLIC

Bonne nouvelle! Plus besoin de payer un abonnement pour accéder à Google Meet. Avec le souhait de surpasser Zoom et ses millions d’utilisateurs quotidiens, la plateforme de visioconférence de l’entreprise de Mountain View  a opté pour la gratuité de son service premium anciennement réservé aux entreprises et actuellement ouvert au grand public.

Google Meet convoite également l’acquisition de nouveaux clients.  Pour l’heure la plateforme compte dans les 100 millions d’utilisateurs journaliers. Ce chiffre augmente de 3 millions chaque jour. Pour atteindre davantage de personnes, Meet envisage d’intégrer le service alternatif au chat vidéo Hangouts à Gmail et Google Calendar.

Google Meet n’est plus réservé aux professionnels. Crédits : Pixabay

Bien que ce nouveau tournant pris par Google Meet ait été rendu public mercredi 29 avril, le déploiement progressif ne se fera qu’à partir du lundi 4 mai.

Les caractéristiques du service

Le service sera disponible sur trois types de support à savoir les ordinateurs et les appareils mobiles iOS et Android. Le nombre de participants aux visioconférences peut aller jusqu’à 100 individus. La capacité d’affichage en mosaïque est cependant limitée à 16 personnes.

Jusqu’au 30 septembre 2020, les utilisateurs pourront tenir des réunions  aussi longtemps qu’ils le souhaitent en raison de la crise sanitaire.

Après cette date limite, la durée maximum des sessions sera limitée à une heure. Dans le cas où un des participants a le besoin de faire une présentation, il lui sera possible de partager son écran pour optimiser la visibilité. L’intelligence artificielle associée à Google Meet a la capacité d’afficher des sous-titres en temps réel.

Mise en place d’une stratégie pour contourner les failles de sécurité

Selon Smita Hashim, directrice de produit de Google Meet la sécurité est un élément qui va de pair avec la plateforme. Des mesures strictes ont été mises en place pour éviter que l’application rencontre les mêmes problèmes auxquels Zoom et Facebook ont fait face au cours des dernières semaines.

La plateforme Zoom a fait parler d’elle avec le phénomène de Zoombombing. Le terme désigne l’intrusion de personnes non invitées dans une vidéoconférence. Pour sa part, Facebook était également au centre des polémiques à cause des fuites de données personnelles des utilisateurs.

Compte tenu de l’ampleur que prend le piratage informatique actuellement, outil de visioconférence professionnel est au taquet quant à la protection des données sensibles.  L’utilisation des noms de sessions difficiles à pirater est de ce fait imposée sur la plateforme. En plus de pouvoir couper le son d’une personne, le créateur d’un meeting a en outre la possibilité de renvoyer à tout moment les participants douteux.

Source : “FredZone.org”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *